Témoignage des co-fondateurs [keepers] : La première année (du reste de nos vies ?)

Le 21 janvier 2021

1 an.

1 an, et le battement d’ailes du papillon a bien eu lieu.

Le mouvement est initié et il va maintenant falloir transformer cette brise en un vent puissant et mondial.

Un nouveau souffle pour nous pousser tous un peu plus vers ce fameux monde de demain.

Le compteur tourne et nous ne disposons que de quelques précieuses années pour tout changer.

Il y a 365 jours, nous étions 6 personnes autour d’une table, avec un 1 constat : « Puisque nous sommes en face d’un challenge titanesque, il va nous falloir des outils qui le sont tout autant. »

Alors, comment utiliser les outils les plus puissants dont dispose l’Humanité pour les mettre au service de l’urgence climatique ?


Quand tout a commencé, rien n’était tracé.

« 1 milliard ? Vous savez déjà ce que c’est 10 millions, mon bon monsieur ? » (bon ok, personne n’a dit « mon bon monsieur »)

« Personne n’investira jamais sans retour financier sur investissement. C’est ainsi que va le monde, pas autrement. »

« Vous n’avez rien fait d’incroyable dans vos vies, ce n’est pas à vous de faire ça. »

C’est vrai.
Mais il ne s’agit pas de nous.
Pas du tout.

Il s’agit des gens.
De tous ceux qui se sentent impuissants.
Tous ceux qui veulent faire plus pour conserver une planète habitable, et qui, pour cela, ont besoin de leviers.

Parce que c’est exactement ça Time for the Planet : un levier au service de chacun. Un moyen d’action concret dont tout le monde peut s’emparer pour le faire grandir.

Parce que quand on est des millions, il ne s’agit plus de ce qu’on a fait avant ou de nos capacités en tant qu’individu.

Quand on est des millions, on est inarrêtables.

Le battement d’ailes a bien eu lieu.

Quand on s’est lancés, il a fallu donner des conférences pour expliquer cette idée étonnante.
On avait l’ambition et l’énergie d’aller en faire partout en France, parce qu’on sait que c’est ce qu’il y a de plus efficace.

On a eu le temps d’en faire 2.

Puis une pandémie mondiale s’est abattue sur la planète, rendant nos plans et meilleures blagues (déjà pas très drôles) obsolètes.

Alors il a fallu continuer en visioconférence.

Et rapidement, on a commencé à sentir un frémissement.
500 premiers associés, puis un premier palier de 300 000€.
Des dizaines, puis centaines de demandes :
« Comment peut-on aider, en plus de l’argent ? »

Il a fallu s’organiser, structurer cette machine.
Juridiquement, communautairement, techniquement, financièrement, en matière de gouvernance, de science, et j’en passe.

Pas une mince affaire lorsque dans 90% des cas, on te répond au premier abord : « Faire quoi ? Ah, oui. C’est impossible. »

Mais à force d’essais/erreurs et de bons interlocuteurs, on finit toujours par trouver (il faut dire qu’on sait être sacrément chiants, aussi).

Une seule règle domine toujours : celle de l’action.
C’est en faisant le premier pas qu’on voit la route apparaître.
Seule l’action a une réelle valeur.

Aucun business plan pour Time for the Planet. Pas de roadmap précise.
On avance, en essayant toujours de faire au mieux, et au plus vite.

Nous avons mis 6 mois pour réunir les 1 000 premiers associés.
6 jours ont suffi à réunir les 1 000 derniers en date.

Mais tout reste à faire et Time for the Planet n’a pas encore permis d’éviter l’émission de la moindre tonne de gaz à effet de serre.


Cette première année a montré que tout était possible.

Elle nous a positionnés sur les starting-blocks de la course la plus effrénée de notre vie à tous.

C’est maintenant que tout commence.
C’est maintenant qu’il faut tout donner.

On ne sait pas comment vous remercier pour toute cette énergie, toute cette bienveillance, tout cet espoir.

Notre vision a toujours été la même : rassembler.

Adieu les discours moralisateurs et culpabilisateurs. Ils ne nous emmènent pas vers les solutions.
Adieu la colère et la peur, elles nous divisent.
Soyons optimistes, le déni et l’abandon n’ont pas d’issue.

En 2021, nous créerons tous ensemble les premières entreprises de Time for the Planet.
Et croyez-nous, l’aventure promet d’être grande.

Parce que grâce à vous tous, nous avons maintenant les moyens d’aller plus loin.

Nous vivons une époque étonnante.
Nous passons tous ensemble d’un modèle à un autre. Et c’est nous qui allons faire le choix du modèle suivant.
C’est une opportunité incroyable. Ne la manquons pas.

Nous sommes profondément fiers de vivre ce morceau d’Histoire à vos côtés.

Alors préparez-vous à tout donner pour cette deuxième année, parce que nous tenons un stylo qui pourrait bien écrire quelques pages d’une aventure mémorable.


Nous sommes quasiment 7000.

Et c’est en parlant de Time for the Planet partout autour de nous que nous transformerons cette poignée d’humains ambitieux en un mouvement mondial inarrêtable.

Parce que nous le pouvons.

Merci pour cette première année incroyable.
Merci pour votre envie d’y croire.
Merci pour le monde dont nous rêvons ensemble.

Le battement d’ailes du papillon a bien eu lieu.

Les 4 missions à effectuer sur les réseaux sociaux !

Go !arrow_forward